Menu
Rencontre
Julie Budet, chanteuse du groupe Yelle

Dans la cour des grands


Convaincu depuis toujours que l’égalité entre les femmes et les hommes est une exigence politique, un impératif de cohésion sociale et un facteur de développement pour la vie locale, j'ai souhaité, depuis plusieurs années, que soient menées, dans notre Département des Côtes d'Armor, de nombreuses actions, concrètes, destinées à promouvoir l’Égalité : égal accès aux postes à responsabilité, meilleure articulation de la vie professionnelle et privée, réorganisation des horaires de travail... Cet engagement du Conseil général vient d'être reconnu par l'obtention, le 27 juin 2014, du label « Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes » délivré par l'organisme Afnor.

Nous sommes ainsi le premier Département à obtenir cette certification, et la quatrième collectivité française, tous statuts confondus. Cette distinction témoigne bel et bien du dynamisme, de la capacité d'initiatives et de la modernité de notre Département qui œuvre au quotidien pour construire une collectivité exemplaire, forte et fière de ses valeurs.

Des valeurs et du caractère, notre territoire et ses habitants n'en manquent pas, à l'image de la chanteuse du groupe Yelle, originaire des Côtes d'Armor, que ce numéro vous invite à (re)découvrir. Elle illustre, par sa spontanéité et sa créativité, le talent et l'énergie qui font l'identité de notre beau Département et toute sa réussite !

Claudy Lebreton,
président du Conseil général des Côtes d'Armor

Photo : Thierry Jeandot

En chiffres

290 millions d’euros

C’est le résultat des exportations costarmoricaines au cours du 1er trimestre 2014. Les produits agricoles et des industries agroalimentaires contribuent à eux seuls pour environ les deux tiers de ce montant. Par ailleurs, le département a importé pour 246 millions d’euros, ce qui donne un solde commercial (exportations - importations) de 45 M€. Le solde commercial de l’ensemble de la Bretagne sur cette même période est quant à lui négatif (-153 millions d’euros), tout comme celui de la France (- 15,7 milliards d’euros).

Source : Direction régionale des douanes Bretagne

www.armorstat.com

Actions

 

Le 27 juin, l'Afnor (Association française de normalisation) a attribué au Département des Côtes d'Armor le label de l' « égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ». Gestion des ressources humaines, management, prise en compte de la parentalité dans le cadre professionnel ou encore relations sociales sont les critères retenus pour cette certification, obtenue pour une durée de trois ans avec une évaluation à mi-parcours. Engagé en faveur de l'égalité femmes hommes depuis 2008, avec la signature de la Charte européenne de l'égalité, le Département des Côtes d'Armor devient ainsi le premier département de France labellisé, après la Ville de Rennes et le Conseil régional de Bretagne.


 

 

Economie

Jeune marque bretonne de décoration et d'articles de mode issus du commerce équitable, Dana Esteline propose aux internautes de participer au lancement de sa nouvelle collection d'étoles haut de gamme... et haute en couleurs ! Soie de mûrier, soie sauvage ou encore teintures naturelles : ces étoles sont créées à la main par des artisans éthiopiens. Ce sont les voyages de Nolwenn Brunel et de Stéphanie Souchon, fondatrices de la société basée à Saint-Donan, qui ont inspiré ce projet original. Pour participer au crowdfunding (ou financement participatif), il suffit de se rendre sur le site kisskissbankbank du projet jusqu'au 17 juillet.
Participations à partir de 5 €.

Voir le site

Voir la vidéo

Département

Depuis le 27 juin, il est fortement recommandé d'être curieux et d'aller faire un tour sur Dat'Armor, l'open data (ou données ouvertes) des Côtes d'Armor. On y trouve déjà 39 types de données « libérées », c'est-à-dire accessibles à tous et gratuitement. Social, transports, tourisme, éducation ou environnement : il suffit de chercher dans le catalogue pour trouver de multiples données et les applications associées. Un exemple ? La liste de toutes les bibliothèques en chiffres et en cartographie. Ce projet, initié par le Département et ses partenaires (Saint-Brieuc agglomération, Côtes d'Armor Développement) va permettre à des étudiants, chercheurs, chefs d'entreprises ou simples curieux d'utiliser ces données librement.

Accéder au site

Voir la vidéo explicative

Sport

Les chauvins diront qu'il n'y a qu'à Guingamp que l'on peut voir cela et peut-être ont-ils raison ! Un supporter de l'En Avant Guingamp a pris la route de Pékin pour participer au match de Trophée des champions (le 2 août contre PSG). Jérémy Le Troadec a même été investi d'une mission, apporter le brassard de capitaine à Lionel Mathis. Ce dernier le lui a confié le lundi 30 juin, jour de son départ.

Suivez les aventures de Jérémy Le Troadec sur son profil Facebook

Département

Photo : Mbaye Sow

Avec l'acquisition officielle du site de Bon-Repos, le nombre de Domaines départementaux passe à six : La Roche-Jagu, le château de la Hunaudaye, l'abbaye de Beauport, la Villa Rohannec'h, le château du Guildo.

Rendez-vous

Du 17 juillet au 21 août, comme chaque année, Lamballe s'anime tous les jeudis du matin au soir tard. En avant-première, le 10 juillet, le public a pu voir le nouveau spectacle équestre d'Eric Gauthier, Trace. Le 31 juillet la guitare et le violon d'Outside duo se produira aux Régalades.
Autre spectacle, le 14 août, grande soirée celtique sur la place du marché avec le bagad Salicorne qui se produit avant Mirrorfield.. Des affiches des jeudis, réalisées et dédicacées par Tati Mouzo, sont à gagner. Une visite à l'écurie du haras, où sont exposés des vieux outils liés au cheval breton, s'impose.

Gastronomie

Le restaurant du château de la Roche Jagu a changé de look grâce à l'architecte Blandine Houssais. Les menus servis s'inspirent désormais davantage de l'esprit insufflé par le Conseil général, propriétaire du domaine : des plats concoctés avec des produits de saison locaux. Tout l'été, Gwen Nicolas, le cuisinier, propose une carte nouvelle tous les jours à prix raisonnable. Glaces artisanales, fromages bio et légumes du domaine. Ouvert tous les jours en juillet et août de 12 h à 19 h, jusqu'à 21 h les vendredis et samedis avant les spectacles.

Réservation au 06 63 08 73 97

larochejagu.fr

Rendez-vous

Les 19 et 20 juillet, Dinan s'apprête à accueillir 100 000 visiteurs dans quatre sites. Les animations tourneront autour du thème des inventions et découvertes du Moyen Âge. Autour de 400 bénévoles vont s'affairer et des professionnels du spectacle animeront la ville avec un tournoi de chevalerie, un spectacle de fauconnerie et un marché médiéval. Des artisans montreront leur savoir-faire dans des domaines aussi divers que la confection d'un vitrail, d'un jardin médiéval, de vannerie sauvage. Des saintiers expliqueront la fonte et fabrication des cloches. Car cette période de l'histoire fut riche en innovations techniques dans le monde entier.

Programme sur fete-remparts-dinan.com

Département

La Quinzaine de l'Information Jeunesse dans les Côtes d'Armor se déroulera du 11 au 25 octobre et permettra de rendre visible l'action des 17 PIJ du département.
A cette occasion une Web série en 3 épisodes sera tournée les 13 et 14 septembre et sera diffusée sur les réseaux sociaux à partir du 2 octobre.
Un appel à candidature pour le casting du 6 septembre est ouvert depuis le 20 juin.

N'hésitez pas, inscrivez-vous vite dans l'un des 17 PIJ du département !

Accéder à la page Facebook

Environnement

Photo : DR

A y est ! Les randonneurs (pédestres ou cyclistes) peuvent depuis le 11 juillet enjamber le Gouessant en empruntant le viaduc des Pont-Neufs en toute sécurité et bénéficier d'une vue imprenable sur la vallée. Retour en vidéo sur cette rénovation de taille !

Voir la vidéo

Département

Le site cotesdarmor.fr héberge désormais un espace dédié au débat provoqué par le projet de réforme territoriale. Les internautes y trouveront un maximum d'informations (on y apprend par exemple que selon un récent sondage 78 % des Costarmoricains sont attachés à leur département) pour se faire un avis sur la question et suivre l'évolution du projet de loi. Cet espace est également ouvert aux commentaires que chacun peut laisser pour apporter sa pierre à l'édifice.

Voir le site

Guide

Le site cotesdarmor.fr héberge désormais un espace dédié au débat provoqué par le projet de réforme territoriale. Les internautes y trouveront un maximum d'informations (on y apprend par exemple que selon un récent sondage 78 % des Costarmoricains sont attachés à leur département) pour se faire un avis sur la question et suivre l'évolution du projet de loi. Cet espace est également ouvert aux commentaires que chacun peut laisser pour apporter sa pierre à l'édifice.

Voir le site

Initiatives

Stéphanie Stoll a consacré la page en breton du Côtes d'Armor magazine au sarrasin, le blé noir dont on fait de délicieuses galettes mais dont la production bretonne doit faire face à une concurrence internationale. La version française de l'article est disponible en suivant le lien ci-dessous. On vous propose également d'aller plus loin en écoutant une émission de radio réalisée par des étudiantes en agronomie et hébergée par le Civam (Centres d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural).

Ecouter l'émission

Voir la page en français

Yelle, dans la cour des grands

 

Découverte il y a un peu moins de 10 ans grâce au net, Julie Budet alias Yelle, connaît désormais une carrière internationale. Fin septembre, elle sortira son troisième album, Complètement fou, pour lequel elle et Jean-François Perrier, l'autre moitié de Yelle, ont travaillé avec Dr. Luke, un des (très) "gros" producteurs américains de pop music. Rencontre avec une jeune femme simple, pleine de vie et d'envies, la tête dans les étoiles et les pieds bien ancrés à la terre briochine.


L'histoire du disque
"C'est un disque qui a mis longtemps à se faire car on aime prendre notre temps, laisser les choses mûrir. Après Safari Disco Club, on s'est accordé un vrai temps de pause et puis, tranquillement, on a commencé à retravailler quelques morceaux, regarder dans nos ordis ce que l'on avait. On était alors en contact avec quelqu'un de chez Ubisoft, le fabricant de jeux vidéo pour un projet avec eux. C'est lui qui nous a parlé de Dr. Luke en nous disant : « Il est super fan de vous, il produit des gros trucs ! » On ne le connaissait pas du tout alors on est allé voir sur le net et au bout d'un moment on a compris qui il était...  Il avait produit plein de numéros 1 de la pop américaine ces dernières années. On a fait connaissance via Skype et il nous a expliqué qu'il nous avait découverts par notre remix de Katy Perry en 2008 pour le titre Hot n cold. Il avait adoré le morceau et était venu nous voir lors d'un concert à Los Angeles en 2010. Mais il n'avait pas osé nous parler alors qu'il était dans les loges, il y avait trop de monde ! Il nous a invités à venir à Los Angeles pour qu'on envisage de travailler ensemble. On était fin 2012 et on s'est dit : allons-y ! C'était la première fois que l'on ouvrait la composition à quelqu'un. Jusqu'à présent, on avait tout fait nous-mêmes, en vase clos."

La collaboration avec Dr. Luke
"On est parti un mois aux Etats-Unis et les choses se sont passées hyper bien. D'un coup, tu as l'impression de rencontrer quelqu'un que tu connais depuis toujours avec qui les rapports sont clairs, simples, faciles. Il nous a présenté ses équipes et on programmait des sessions de travail avec des producteurs avec lesquels il avait l'habitude de travailler. On parlait un peu, on se faisait écouter des trucs, on partait sur un tempo, quelques accords... C'est aussi parti d'idées ou de morceaux plus aboutis que l'on avait apportés avec nous. C'était vraiment nouveau car habituellement on part des mots, d'une idée de texte. Là on partait de la musique en enregistrant des mélodies de chant sur des lalala que l'on a travaillés ensuite avec Jérôme Echenoz, un chanteur (et DJ) français qui est venu chez nous.
Au total, on est retourné deux fois pendant trois semaines aux Etats-Unis pour avancer sur les morceaux et on travaillait à distance le reste du temps. Un des producteurs, Alex, est venu passé presque un mois vers la fin 2013 pour qu'on mette le vernis final. Voilà le processus de création de l'album, en sachant que l'on a continué au printemps à modifier des choses. Mais ça y est ! Le mixage est fini depuis quelques jours et le mastering hier soir !*"


Le résultat final

"On a réussi à garder notre touche Yelle mais c'est comme si on avait passé un cap. On se connaît mieux, on est plus sûrs de nous, de nos envies. Il n'a jamais été question de faire un disque avec un producteur américain qui nous imposerait sa vision des choses en nous disant : « Toi tu chantes ça, sur ce son-là ». Au contraire, tout s'est fait dans l'échange et à l'écoute du disque, ça s'entend. On a beaucoup appris en travaillant avec Dr. Luke et son équipe car ils mettent vraiment l'accent sur la mélodie. C'est ça qu'ils cherchent au départ. Pour nous, le texte et le message que l'on veut faire passer sont super importants. Et la rencontre entre cette exigence pour la mélodie et nous, très proches des mots, je trouve que les deux se mettent mutuellement en valeur. C'est sans doute ce qui caractérise ce disque. Après, c'est aussi une évolution normale pour le groupe, avec plus de maturité et l'envie d'aborder les choses de manière différente même si on parle toujours des mêmes thèmes.
Ça reste un album très pop mais je pense qu'il y a plus d'équilibre entre morceaux « calmes » et morceaux « énervés ». C'est plus 50/50 que ça n'a été sur nos disques précédents. Je crois aussi que c'est un album plus personnel et moins pudique, en tous cas sur certains titres. On est hyper contents de s'être laissé cette liberté, d'avoir osé."


L'esthétique du disque
"Vu ce que l'on avait fait pour Safari Disco Club, avec une esthétique très liée au titre de l'album, on a mis un peu de temps à savoir où on voulait aller. On voulait rester proche du fait que sur les deux autres pochettes, j'étais quand même assez cachée, soit parce que j'étais de dos sur Pop Up et sous un chapeau pour Safari Disco Club. Cette fois, il y a d'un côté une grande proximité et en même temps, je reste cachée sous des pop-corn bleus, on ne voit qu'une partie de mon visage. Pour la suite, on va décliner les matières, il va y avoir des balles de golf vertes, des clous, des feuilles... On avait envie d'utiliser des couleurs fortes et de la matière, de la texture. On met cela en parallèle avec le travail autour de l'album, comme une dualité entre quelque chose de pas très pudique mais en même temps qui reste complètement caché."

Souvenirs souvenirs
"Il y en a plein ! Peut-être quand même le festival Coachella qui est un gros festival américain que l'on a fait deux fois et à chaque fois, ça a été complètement fou ! Notamment la deuxième fois, on jouait alors que le soleil se couchait. On s'est retrouvé sous une grande tente, sur une scène comme celle de Poulain-Corbion à Art-Rock. C'était bondé, il faisait tellement chaud, c'était incroyable. C'est un des moments forts pour nous pourtant ça a été très difficile comme concert car les conditions techniques étaient merdiques : pas de balance, peu de temps pour s'installer, on se branche et il faut y aller, Jeff (Jean-François Perrier alias Grand Marnier, compagnon de Julie et co-compositeur de Yelle NDLR) a eu des gros soucis pendant les deux premiers titres, mon micro grésillait à cause de la sueur ! Et en même temps, c'était dingo ! (Voir la vidéo Yelle Rocking Coachella, colonne de droite, NDLR)
Et puis il y a plein de rencontres, notamment avec les fans car on a très envie de les chouchouter. Un jour, quand on tournait aux Etats-Unis, ça devait être sur Pop Up, on avait fait remplir à nos fans en avance un formulaire sur Internet pour pouvoir les filmer les soirs de concerts. Et puisqu'on avait leur adresse, à San Diego, on est allé sonner chez l'un d'entre eux, pour lui faire une surprise. Le gars n'était pas là, c'est son père qui nous a ouverts. Il l'a appelé en lui disant de rentrer rapidement. Lui était un peu inquiet en arrivant car son père sortait d'une opération et était en béquilles ! Donc il est rentré dans la maison et moi j'étais dans le salon ! C'était génial d'autant que ce qui est rigolo avec ce fan, c'est que comme il avait moins de 18 ans, il n'avait pas accès aux clubs où l'on jouait. Mais, en faisant passer une pétition en ligne, il a réussi à nous faire programmer à l'université de San Diego ! On a joué un midi à l'université et c'était dingue. Il y a eu plein de moments forts, comme quand on a vécu la première élection d'Obama, lors de cette même tournée. Et on y était aussi lors de sa réélection, on a vécu les choses de là-bas."



Saint-Brieuc
"C'est vraiment la base, le port dans lequel on aime revenir après avoir voyagé. C'est marrant, je crois que j'ai beaucoup grandi avec cette idée d'attachement à la terre. Mon père a beaucoup voyagé avant de revenir à Plaine-Haute. Ma mère aussi a beaucoup bougé car son père était gendarme mais elle est très attachée à la Bretagne car toute sa famille est finistérienne. Il y a donc quelque chose de très important pour moi, un retour aux sources, pouvoir revenir dans un endroit où je me sens bien, où je trouve mes repères, où je peux voir des gens que j'aime, nos familles, nos copains. Et malgré tout, je suis hyper attachée à la ville de Saint-Brieuc même si parfois je lui en veux ! C'est bête mais notre copain Gilles du Disquaire a dû fermer boutique il y a quelques semaines et ça fait chier. J'aime vraiment cette ville et c'est pour cela que j'y reste mais je la vois s'éteindre par certains aspects et je me dis qu'elle gagnerait à être plus vivante. Et quand nos copains parisiens nous demandent pourquoi on n'irait pas vivre à Paris, nous on leur répond que ça fait deux semaines qu'il fait beau et qu'on se baigne tous les jours. Je découvre encore plein de coins ici, en Bretagne en général, c'est super."

La famille
"J'ai toujours vécu entourée de musique. Il y avait toujours de la musique à la maison. J'entendais mon père (François Budet, NDR) répéter. Même si j'ai fait un peu de piano, mes parents ne m'ont jamais poussée à faire de la musique. C'est vrai que je chante depuis je suis gamine mais j'ai longtemps eu le complexe du père. Je n'osais pas dire que c'était ce que je voulais faire. Il m'a fallu plusieurs étapes, chanter avec mes copines, dans des groupes... Et c'est la rencontre avec Jean-François (Grand Marnier) qui a déclenché le truc. Ça ne s'est pas fait du jour au lendemain, j'avais 22 ans quand j'ai pris conscience que je pouvais me l'autoriser, que ce dont je rêvais depuis que j'étais gamine, j'avais le droit de le faire et j'en étais capable. Ça met du temps, mon père a commencé sa carrière à 30 ans. Il n'est jamais trop tard.
Ma mère aussi chantait et elle continue de chanter ! Elle a aussi son influence car c'est une artiste mais plutôt dans le sens manuel, elle est sculptrice. Elle a peut-être plus influencé mon frère qui est artiste aussi. Je pense qu'elle m'a apporté beaucoup d'autres choses, notamment parce qu'elle travaillait dans le social. En tout cas, mes deux parents ne nous ont jamais bridés dans nos choix et nous ont toujours encouragés même quand on n'était pas sûrs ou qu'on expérimentait ! Au contraire, ils ont toujours été hyper bienveillants et je crois qu'aujourd'hui, ils sont contents d'avoir fait comme ça car même si les choses ne se font pas du jour au lendemain et qu'il y a eu des moments plus difficiles, on fait ce qu'on aime, moi et mon frangin. Pour eux, je crois que c'était important que leurs enfants soient biens dans leur vie, soient épanouis."


Propos recueillis par Yves Colin
Photographies Thierry Jeandot (sauf photo pochette)

* L'entretien s'est déroulé le jeudi 10 juillet 2014

Photos : Thierry Jeandot

Dr. Luke (Lukasz Gottwald) est un musicien américain, compositeur, producteur de disques, et remixeur. Il a co-écrit et/ou produit de très nombreux hits de la pop américaine. Parmi les artistes avec lesquels il a collaboré, on retrouve : Katy Perry, Britney Spears, Carlos Santana, Avril Lavigne, Kesha...

La vidéo ci-après décrit le métier de producteur, rôle endossé par Dr. Luke pour le dernier disque de Yelle.

Pochette de l'album Complètement fou

Julie Budet et Yelle en quelques dates

17 janvier 1983 : naissance de Julie Budet à Saint-Brieuc

2000 : rencontre avec Jean-François Perrier qui deviendra son compagnon.

2005 : en réponse à la misogynie affichée du chanteur Cuiziner du groupe TCC, le couple réalise et poste la chanson Je veux te voir. En quelques mois, la toile s'est affolée (plusieurs millions de vues pour le clip à ce jour), propulsant Julie Budet et Jean-François Perrier devenus Yelle et Grand Marnier, sur le devant de la scène.

Voir le clip Je veux te voir

Septembre 2007 : sortie de l'album Pop up (120.000 exemplaires vendus)

Mars 2011 : sortie de l'album Safari Disco Club, suivi d'une tournée mondiale,

Voir le teaser de la tournée

29 septembre 2014 : sortie de l'album Complètement fou. Tournée mondiale en préparation (Etats-Unis en octobre puis Europe, Australie, Japon...)

A suivre sur yelle.fr

Relever en commun le défi énergétique : telle est la vision du projet SEACS.

Pour ce faire, deux collectivités locales de Bretagne, le Conseil Général des Côtes d'Armor et Lannion-Trégor Agglomération, se sont regroupées avec trois du Royaume-Uni, le Devon County Council, le Dorset County Council et le Wiltshire Council.

Ils pilotent ensemble le projet SEACS dans le but de mobiliser les habitants de chaque côté de la Manche dans la réduction de leur propre consommation d'énergie.

* SEACS: Sustainable Energy across the Common Space



 

Vous avez dit SEACS ?

 

Accompagner les citoyens dans la mise en place de bonnes pratiques en matière d’économies d’énergie. Tel était l’objet du programme européen SEACS (*), auquel a participé le Conseil général, de 2011 à 2014, avec ses partenaires français et anglais. Bilan d’une coopération transmanche réussie.

 

L’effet de levier des programmes européen n’est plus à prouver. Le projet SEACS, consacré aux économies d’énergie, en est une nouvelle illustration. Financé à 50 % par l’Europe (fonds Feder) et à 50 % par les collectivités partenaires, il a vu des citoyens vivant des deux côtés de la Manche s’emparer de la problématique des économies d’énergie.

Le Département, partenaire du projet avec Lannion Trégor Agglomération et, côté britannique, le Devon, le Dorset et le Wiltshire, a choisi de cibler plus particulièrement les citoyens et les collégiens. « Nous avons par exemple travaillé avec les bailleurs sociaux, surtout auprès des familles vivant dans des logements basse consommation, précise Marie de Bressy, ambassadrice climat énergie au Conseil général. On s’est aperçu que les locataires ne savent pas toujours qu’ils sont dans des logements BBC. Dans 90 % des cas, la chaudière n’est pas réglée et la température ambiante est supérieure aux 19°C habituellement recommandés. En outre, les contrats avec les fournisseurs d’énergie sont souvent surdimensionnés, si bien que les gens paient un abonnement trop élevé par rapport à la consommation de leur logement »

Les bailleurs sociaux, à savoir Côtes d’Armor habitat, Terre et baie habitat, BSB, Guingamp habitat et Armor habitat, ont très vite adhéré à la démarche. Terre et baie habitat a ainsi choisi de passer une convention avec l’Agence locale de l’énergie du Pays de Saint-Brieuc pour accompagner les locataires entrant dans des logements basse consommation. « Pour nous, c’est important, tient à ajouter Marie de Bressy, car l’objectif est de pérenniser les outils et la dynamique initiés par ce projet européen ».


Agenda 21 des familles


Autre outil sur lequel s’est appuyé le Département : l’Agenda 21 des familles. Le principe ? Des agents du Conseil général se sont réunis à intervalles réguliers pour échanger sur leurs pratiques dans leurs foyers respectifs, avec mise en place d’actions concrètes entre chaque réunion. « Cela a commencé par un diagnostic pour chaque foyer. Le but étant ensuite de se comparer avec un foyer « classique » et un foyer économe en énergie », détaille Marie de Bressy.

Les petits gestes sont mis en avant. Ainsi, laver à 30°C plutôt qu’à 60°C permettrait de réduire de moitié la consommation énergétique. « On essaie de sortir du discours culpabilisant en mettant l’accent sur tous ces petits gestes que chacun peut mettre en œuvre. Ce n’est pas grand-chose, mais quand on additionne le tout, cela se ressent au niveau de la facture d’électricité ».

Dimension européenne oblige, des agents sont même allés à la rencontre de citoyens du Devon investis dans des démarches de type « quartiers en transition » autour des thématiques des déchets, de l’eau et de l’énergie. « De retour en France, certains ont mis en place la même chose dans leur quartiers », se réjouit Marie de Bressy.


« Sortir du discours culpabilisant »


Concernant les collèges, le Département a mis à disposition un kit de la maison de l’énergie. « Il s’agit de deux maquettes en bois. Une que l’on peut isoler complètement et l’autre qui reste telle quelle. On les met à l’extérieur et on place dans chacune un bol d’eau bouillante, puis on fait des mesures de température toutes les cinq minutes pour montrer que la température décroît plus vite dans la maison non isolée ». Ont pris part à l’opération, les collèges de Belle-Isle-en-Terre, Callac, Plouagat et Léonard-de-Vinci à Saint-Brieuc. Gageons que là aussi le projet SEACS connaîtra des prolongements !

Laurent Le Baut



Les jeudi 26 et vendredi 27 juin, les élus de l'Assemblée départementale se sont penchés sur le compte administratif 2013. Christian Coail, vice-président chargé des Finances, a rappelé le contexte économique dans le département avec" un fort ralentissement des droits de mutation (*) en 2013 et des dépenses sociales, qui sont toujours en forte progression".

Le compte administratif laisse apparaître un résultat net de 8 M € (auxquels il faut ajouter le solde du Laboratoire de développement et d'analyses de 1,1 M €). "Nous disposons de cet argent pour les décisions modificatives à venir, a commenté Christian Coail. Avec un ajustement de recettes pour cette DM de 6,7 M € voté lors du budget primitif, il y a 15,8 M € de possibilités". Il a été proposé d'affecter 4,1 M € en dépenses d'investissement et 7 M € en dépenses de fonctionnement. "Le budget 2014 consolidé s'établit ainsi à 689,6 M €".

"Ce budget est conforme à nos engagements. Les choix qui ont été faits correspondent aux valeurs que nous défendons", a commenté Isabelle Nicolas, présidente du groupe de la gauche unie. Le groupe de l'opposition, qui a pointé "une gestion tendue des finances départementales" a voté contre.

 

(*) Ils correspondent à tous les droits et taxes perçus par le notaire pour le compte de l’État et des collectivités locales lors de la vente d'un bien immobilier.

Coups de projecteur sur la session budgétaire

Dans le cadre de la session budgétaire, qui s'est déroulée les jeudi 26 et vendredi 27 juin, les élus de l'Assemblée départementale ont choisi le lieu d'implantation du nouveau collège Le Goffic à Lannion. Concernant le projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc, les conseillers généraux ont rappelé Ailes Marines à ses obligations.

Collège de Lannion : ce sera Ker-Uhel

L'un des sujets très attendus de cette session budgétaire était le choix du lieu d'implantation du collège Le Goffic. "Il est grand temps d'offrir un collège neuf à Lannion", a reconnu Gérard Le Caër, vice-président en charge des collèges. Il est en piteux état". Trois hypothèques ont été envisagées : une reconstruction in situ (20 M €), une implantation dans le quartier de Nod-Uhel (14,5 M €) et une implantation dans le quartier de Ker-Uhel (11,5 M €). Selon Gérard Le Caër, "une reconstruction en centre-ville posait des problèmes d'accessibilité. Et Nod-Uhel est un ancien site industriel qu'il aurait fallu dépolluer".
A l'heure du vote, c'est le site de Ker-Uhel qui a été plébiscité par l'ensemble des élus de l'Assemblée départementale (Sylvie Bourbigot, canton de Perros-Guirec, a voté contre et Gérard Huet, canton de Loudéac, s'est abstenu). Le Conseil départemental de l'Education nationale et la Ville de Lannion s'étaient également exprimés en faveur de Ker-Uhel. Comme le collège Coppens, Le Goffic sera excentré du centre-ville. "Cela ne posera pas de problème pour les transports en commun. Cela rendra même le trajet de nombreux collégiens plus court", a estimé Gérard Le Caër, qui s'est félicité de favoriser la "mixité sociale dans un quartier populaire en pleine revalorisation". Yves-Jean Le Coqû, élu de l'opposition, a, pour sa part, cité l'exemple du collège excentré de Châtelaudren-Plouagat. "Les élèves s'y sentent bien et les effectifs ne cessent d'augmenter".

Parc éolien : des fondations métalliques exigées

Lors de cette session budgétaire, les élus ont également réitéré avec force leur soutien en faveur du projet d'éoliennes en baie de Saint-Brieuc. Ils ont néanmoins fermement rappelé leur opposition à tout recours à des fondations de type gravitaire envisagées par le Consortium Ailes Marines (1). Une solution jugée "totalement incompatible avec la préservation durable de l'environnement et du maintien des activités existantes, en particulier pour la pêche côtière".
L'Assemblée départementale demande ainsi à Ailes Marines de respecter ses obligations en ayant recours, comme prévu lors du débat public, à l'utilisation de fondations métalliques de type "jacket". Pour les élus, "ce type de fondation doit en effet permettre de garantir l'absence d'impact sur la faune et la flore en baie de Saint-Brieuc et une gestion durable des ressources nécessaires au maintien des activités de pêche et d'aquaculture, indispensables au développement de notre territoire". Le soutien du Conseil général au futur parc éolien sera conditionné au respect par Ailes Marines de ses engagements quant au choix des fondations.
La réponse du consortium est intervenue le 10 juillet. Ailes Marines a confirmé le choix de la "jacket" comme fondation des futures éoliennes.

( 1) Le parc éolien en baie de Saint-Brieuc est un projet d'implantation de 62 éoliennes à 17 km au large du Cap d'Erquy. Le parc aurait une capacité de production de 500 MW. Le porteur du projet, le Consortium Ailes Marines, avait étudié l'opportunité de recourir à des fondations en béton en raison de la nature des sols qui semblerait plus hétérogène que prévue.

Nolwenn Tirel

Vue d'ici
Vidéo

Le Trieux à toute vapeur

C'est à un voyage à bord de l'authentique locomotive à vapeur 141 TB 424 que nous vous proposons ce mois-ci. Entre Paimpol et Pontrieux, la Vapeur du Trieux offre une nostalgique occasion de traverser la vallée du Trieux et ses magnifiques paysages. Attention, départ imminent...

Rencontre

Photo : Christophe Crenel

Chaque mois, dans Côtes d'Armor Magazine, nous proposons à une personnalité de se prêter au jeu du portrait chinois. Ce mois-ci, Antoine Minne, alias Zebra ou DJ Zebra répondait aux questions commençant par... Et si vous êtiez ?

Un film : "La classe américaine" de Michel Hazanavicius. Un exemple absolu de désacralisation des icônes tout en étant très créatif.

Voir des extraits en vidéo

Une chanson : Jacques Dutronc "L'hôtesse de l'air". Cette chanson symbolise à elle seule la façon dont je vois la vie : les fesses en l'air. :)

Voir la vidéo

Un livre : Rock n' roll et chocolat blanc de Jackie Berroyer. Un livre sur la musique qui donne envie d'écrire un livre sur la musique.

Voir un entretien vidéo avec Jackie Berroyer

Une citation : "Qui ne risque rien n'a rien". A prendre uniquement dans un sens créatif.

Un endroit des Côtes d'Armor : Perros-Guirec et sa côte de granit rose. Le premier endroit où j'ai passé des vacances en Bretagne.

Zebra ou DJ Zebra (de son vrai nom Antoine Minne) est un musicien-compositeur-interprète et DJ français, maître ès bootlegs (l'art de mixer pour un même morceau plusieurs chansons différentes). Ce passionné multiplie les projets musicaux, le dernier en date, Mambopunk, est à l'affiche du prochain festival du Petit village à Lanfains (22-23 août 2014).

Rencontre

A l'image de DJ Zebra ce mois-ci, un jeu organisé sur la page Facebook du Département vous propose actuellement de dresser votre propre portrait chinois. Alors, si vous êtiez un livre, une chanson, un film ou un lieu des Côtes d'Armor, lesquels seriez-vous ?

Pour jouer

Exposition

La Villa Rohannec'h et le musée de Saint-Brieuc hébergent jusqu'au 30 août Traversées, une exposition conçue avec le Fonds d'art contemporain de Bretagne et dans laquelle sont réunies des œuvres des artistes suivants : Roger Ackling, Isabelle Arthuis, François Dilasser, Philippe Durand, Gilles Ehrmann, Hamish Fulton, Gérard Gasiorowki, Toni Grand, Jean-Philippe Lemée, Tony Matelli, Nils-Udo, Etienne Pressager, Yvan Salomone, etc. Gratuit.

1.François Dilasser, Métamorphoses, 1993
Collection Frac Bretagne c Adagp, Paris 2014
2.Tony Matelli, Weed #30, 2007, de la série : Abandon
Collection Frac Bretagne c Droits réservés
3.Yvan Salomone, 0220.4.0996_irisetagere, 4 septembre 1996
Collection Frac Bretagne c Adagp, Paris 2014, crédit photo : Yvan Salomone

Brezhoneg

Da lenn

Chaque mois, Myriam Le Troadec de la bibliothèque de Cavan propose une sélection de livres. La version française de ses chroniques se trouve sur une page dédiée de cotesdarmor.fr.
Vous pouvez emprunter gratuitement ces documents et bien d’autres à l’antenne de Cavan. La bibliothèque se trouve au 2ème étage de Ti ar Vro, la maison de la culture bretonne, à Cavan. Plus d’informations sur bca.cotesdarmor.fr/

Ur pesk munut
Pads
Keit Vimp Bev, 2012 / 8 €

E-leizh a besked
Pads
Keit Vimp Bev, 2014 / 8 €

Savet eo bet an daou albom-mañ gant Pads evit bugale ar skolioù-mamm. E-barzh al levr kentañ eo ar pesked un digarez da lakaat ar re vihan da zeskiñ ar mentoù disheñvel, en un doare plijus ha fentus. E-barzh an eil levr en deus dibabet an oberour skeudenniñ ar pesked daou-ha-daou, unan gant an hini kontrol : ur pesk treut hag unan tev, ur pesk trist gant ur pesk laouen, met ivez unan bosek e-keñver unan plaen... Hag evit pep pesk e vez c’hoariet gant an anv-gwan en derezioù uheloc’h, uhelañ hag estlammiñ. Evit ar vugale kosoc’h a zo ivez munudoù da sellet e-barzh ar skeudennoù.
Levrioù simpl ha fentus a blijo d’ar vugale kenkoulz ha d’o c’herent o teskiñ ar yezh.

Adalek 2-3 bloaz.

Caminante : Danevelloù eus an Andoù – Chroniques Andines
Katell Chantreau,  Jean Bossard (Tresadennoù)
L’Oeil Electrique Editions, 2006 / 20 €

Etre miz Gwengolo 2000 ha miz Ebrel 2001 e oa bet Katell Chantreau o foetañ bro en Amerika ar C’hreisteiz. He c’harned beaj eo al levr-mañ, o rentañ kont eus he vuhez pemdez en Ekouador, Perou ha Bolivia. Plijadur ‘vez kavet o lenn danevelloù ar vaouez yaouank-mañ, o heuliañ anezhi a-hed he beaj hag oc’h ober ganti anaoudegezh gant tud ar vro. Plijus eo ivez tresadennoù gwenn ha du Jean Bossard hag ar c’hartennoù bet savet gantañ evit gallout kompren dre belec’h eo tremenet ar veajourez.
Tu ‘zo lenn al levr e brezhoneg eus un tu pe e galleg eus an tu all.

E brezhoneg mar plij

Da lenn

Chaque mois, Myriam Le Troadec de la bibliothèque de Cavan propose une sélection de livres. La version française de ses chroniques se trouve sur une page dédiée de cotesdarmor.fr.
Vous pouvez emprunter gratuitement ces documents et bien d’autres à l’antenne de Cavan. La bibliothèque se trouve au 2ème étage de Ti ar Vro, la maison de la culture bretonne, à Cavan. Plus d’informations sur bca.cotesdarmor.fr/

Ur pesk munut
Pads
Keit Vimp Bev, 2012 / 8 €

E-leizh a besked
Pads
Keit Vimp Bev, 2014 / 8 €

Savet eo bet an daou albom-mañ gant Pads evit bugale ar skolioù-mamm. E-barzh al levr kentañ eo ar pesked un digarez da lakaat ar re vihan da zeskiñ ar mentoù disheñvel, en un doare plijus ha fentus. E-barzh an eil levr en deus dibabet an oberour skeudenniñ ar pesked daou-ha-daou, unan gant an hini kontrol : ur pesk treut hag unan tev, ur pesk trist gant ur pesk laouen, met ivez unan bosek e-keñver unan plaen... Hag evit pep pesk e vez c’hoariet gant an anv-gwan en derezioù uheloc’h, uhelañ hag estlammiñ. Evit ar vugale kosoc’h a zo ivez munudoù da sellet e-barzh ar skeudennoù.
Levrioù simpl ha fentus a blijo d’ar vugale kenkoulz ha d’o c’herent o teskiñ ar yezh.

Adalek 2-3 bloaz.

Caminante : Danevelloù eus an Andoù – Chroniques Andines
Katell Chantreau,  Jean Bossard (Tresadennoù)
L’Oeil Electrique Editions, 2006 / 20 €

Etre miz Gwengolo 2000 ha miz Ebrel 2001 e oa bet Katell Chantreau o foetañ bro en Amerika ar C’hreisteiz. He c’harned beaj eo al levr-mañ, o rentañ kont eus he vuhez pemdez en Ekouador, Perou ha Bolivia. Plijadur ‘vez kavet o lenn danevelloù ar vaouez yaouank-mañ, o heuliañ anezhi a-hed he beaj hag oc’h ober ganti anaoudegezh gant tud ar vro. Plijus eo ivez tresadennoù gwenn ha du Jean Bossard hag ar c’hartennoù bet savet gantañ evit gallout kompren dre belec’h eo tremenet ar veajourez.
Tu ‘zo lenn al levr e brezhoneg eus un tu pe e galleg eus an tu all.

Brezhoneg

Da lenn

Chaque mois, Myriam Le Troadec de la bibliothèque de Cavan propose une sélection de livres. La version française de ses chroniques se trouve sur une page dédiée de cotesdarmor.fr.
Vous pouvez emprunter gratuitement ces documents et bien d’autres à l’antenne de Cavan. La bibliothèque se trouve au 2ème étage de Ti ar Vro, la maison de la culture bretonne, à Cavan. Plus d’informations sur bca.cotesdarmor.fr/

Ur pesk munut
Pads
Keit Vimp Bev, 2012 / 8 €

E-leizh a besked
Pads
Keit Vimp Bev, 2014 / 8 €

Savet eo bet an daou albom-mañ gant Pads evit bugale ar skolioù-mamm. E-barzh al levr kentañ eo ar pesked un digarez da lakaat ar re vihan da zeskiñ ar mentoù disheñvel, en un doare plijus ha fentus. E-barzh an eil levr en deus dibabet an oberour skeudenniñ ar pesked daou-ha-daou, unan gant an hini kontrol : ur pesk treut hag unan tev, ur pesk trist gant ur pesk laouen, met ivez unan bosek e-keñver unan plaen... Hag evit pep pesk e vez c’hoariet gant an anv-gwan en derezioù uheloc’h, uhelañ hag estlammiñ. Evit ar vugale kosoc’h a zo ivez munudoù da sellet e-barzh ar skeudennoù.
Levrioù simpl ha fentus a blijo d’ar vugale kenkoulz ha d’o c’herent o teskiñ ar yezh.

Adalek 2-3 bloaz.

Caminante : Danevelloù eus an Andoù – Chroniques Andines
Katell Chantreau,  Jean Bossard (Tresadennoù)
L’Oeil Electrique Editions, 2006 / 20 €

Etre miz Gwengolo 2000 ha miz Ebrel 2001 e oa bet Katell Chantreau o foetañ bro en Amerika ar C’hreisteiz. He c’harned beaj eo al levr-mañ, o rentañ kont eus he vuhez pemdez en Ekouador, Perou ha Bolivia. Plijadur ‘vez kavet o lenn danevelloù ar vaouez yaouank-mañ, o heuliañ anezhi a-hed he beaj hag oc’h ober ganti anaoudegezh gant tud ar vro. Plijus eo ivez tresadennoù gwenn ha du Jean Bossard hag ar c’hartennoù bet savet gantañ evit gallout kompren dre belec’h eo tremenet ar veajourez.
Tu ‘zo lenn al levr e brezhoneg eus un tu pe e galleg eus an tu all.

E brezhoneg mar plij

Da lenn

Chaque mois, Myriam Le Troadec de la bibliothèque de Cavan propose une sélection de livres. La version française de ses chroniques se trouve sur une page dédiée de cotesdarmor.fr.
Vous pouvez emprunter gratuitement ces documents et bien d’autres à l’antenne de Cavan. La bibliothèque se trouve au 2ème étage de Ti ar Vro, la maison de la culture bretonne, à Cavan. Plus d’informations sur bca.cotesdarmor.fr/

Ur pesk munut
Pads
Keit Vimp Bev, 2012 / 8 €

E-leizh a besked
Pads
Keit Vimp Bev, 2014 / 8 €

Savet eo bet an daou albom-mañ gant Pads evit bugale ar skolioù-mamm. E-barzh al levr kentañ eo ar pesked un digarez da lakaat ar re vihan da zeskiñ ar mentoù disheñvel, en un doare plijus ha fentus. E-barzh an eil levr en deus dibabet an oberour skeudenniñ ar pesked daou-ha-daou, unan gant an hini kontrol : ur pesk treut hag unan tev, ur pesk trist gant ur pesk laouen, met ivez unan bosek e-keñver unan plaen... Hag evit pep pesk e vez c’hoariet gant an anv-gwan en derezioù uheloc’h, uhelañ hag estlammiñ. Evit ar vugale kosoc’h a zo ivez munudoù da sellet e-barzh ar skeudennoù.
Levrioù simpl ha fentus a blijo d’ar vugale kenkoulz ha d’o c’herent o teskiñ ar yezh.

Adalek 2-3 bloaz.

Caminante : Danevelloù eus an Andoù – Chroniques Andines
Katell Chantreau,  Jean Bossard (Tresadennoù)
L’Oeil Electrique Editions, 2006 / 20 €

Etre miz Gwengolo 2000 ha miz Ebrel 2001 e oa bet Katell Chantreau o foetañ bro en Amerika ar C’hreisteiz. He c’harned beaj eo al levr-mañ, o rentañ kont eus he vuhez pemdez en Ekouador, Perou ha Bolivia. Plijadur ‘vez kavet o lenn danevelloù ar vaouez yaouank-mañ, o heuliañ anezhi a-hed he beaj hag oc’h ober ganti anaoudegezh gant tud ar vro. Plijus eo ivez tresadennoù gwenn ha du Jean Bossard hag ar c’hartennoù bet savet gantañ evit gallout kompren dre belec’h eo tremenet ar veajourez.
Tu ‘zo lenn al levr e brezhoneg eus un tu pe e galleg eus an tu all.

Musique

Photo - DR

Parmi la dizaine de rendez-vous proposés cet été au Palais des congrès de Perros-Guirec (avec vue sur la plage de Trestraou), Anne Queffelec fera (notamment) partager son talent à interpréter des pièces d'Erik Satie :

Voir la vidéo

Exposition

Installations numériques à la Briqueterie

L'ancienne fabrique de tuiles et de briques de Langueux accueille jusqu'au 9 novembre une exposition de six installations originales réunies sous le thème : Sculpture en mouvement, vidéo, installation interactive, expérience insolite de cinéma. Un exemple avec ce film, à voir comme une étape du travail du Britannique Memo Akten. Il travaille sur le mouvement de l'eau, entre puissance et fragilité.

Voir la vidéo

 

Musique

Du 12 au 17 août, Guingamp va vivre au rythme de la Saint-Loup et de ses nombreux rendez-vous entre folklore et musique en tous genres. Ce sera l'occasion d'entendre Thomas Fersen (le 13 août), qui comme Renan Luce dont il partage l'affiche à un jour près (le 14), est un résident habitué de la côte nord finistérienne voisine. On pourra peut-être entendre cette très belle chanson, La Chandelle :

Voir la vidéo

Photo - DR

Musique

Photo : DR

Cécile Maclorin Salvant à Saint-Cast-le-Guildo

Parmi les nombreux et non moins prestigieux rendez-vous Jazz en Côtes d'Armor cet été (Jazz à Langourla, Jazz à L'Amirauté, etc.), Un air de jazz à Saint-Cast-le-Guildo accueillera Cécile Maclorin Salvant (4 août) dont la route passera par Saint-Brieuc le 23 janvier 2015 (La Passerelle).

Voir une vidéo

Rendez-vous

Du 21 juillet au 14 août, les mercredis et jeudis à partir de 22 h (et jusque 1 h), L'abbaye de Beauport se découvre la nuit. Yann Quéré et Samuel mènent ces déambulations nocturnes pour des mises en son et en lumière d'un lieu magique. Vous pouvez écouter un extrait de l'ambiance dans laquelle Yann Quéré plonge les participants.

En savoir plus

Audio

Escales nocturnes à Beauport Escales nocturnes 

Exposition

Photo : DR

Leur disque devrait voir le jour avant la fin de l'année. En attendant, les membres du projet Nirmaan viennent de publier un clip vidéo (amusant, coloré et entraînant) réalisé à partir des images tournées lors de leur récente tournée en Inde. Le groupe se compose de musiciens bretons, Antoine Lahay, Pierre Droual, Jean-Marie Nivaigne et Etienne Cabaret, réunis autour de la chanteuse franco-indienne Parveen Khan.

Voir le clip

Musique

Photo : DR

Alpha Blondy à la 34e du Petit Village à Lanfains

Après une année de césure, le festival du Petit Village remonte buvettes et chapiteaux et accueille une riche programmation dans laquelle, en plus de Da Silva, Tagada Jones ou le dernier projet de Zebra, on retrouvera l'une des légendes du Reggae, Alpha Blondy. Pour les nostalgiques, c'est par ici : 

Brigadier Sabari live !

Musique

Photo : DR

Le festival Transrythm fêtera sa troisième édition cet été. Ce festival apporte une touche électronique aux différentes programmations de l'été et on ne peut qu'encourager la jeune équipe à poursuivre l'ouvrage, certes pointu diront certains mais de grande qualité, se réjouiront les autres. Un exemple issu du programme 2014 avec Don Rimini ! Let's dance.

Whatever live en vidéo

Spectacle

Photo - DR

Jusqu'au 29 août, chaque jour ou presque, sept communes côtières du département participent à Place aux mômes en accueillant des spectacles gratuits destinés au Jeune public. Le lundi à Trébeurden (18 h), mardi à Binic (17h30), jeudi à Perros-Guirec (17h), Saint-Quay-Portrieux (17h30) ou Pléneuf-Val-André (17h30) puis le vendredi à Erquy (16h30) et Saint-Cast-le-Guildo (18h30. Parmi les spectacles programmés, on trouve par exemple Pollichinelle, du Théâtre des Tarabates :

Voir la vidéo

Spectacle

Photo : DR

Binious épicés à Buguélès

Au programme de la 7e édition du festival Buguélès, organisée sur le magnifique site du Bilo, deux soirées à thème s'offrent aux festivaliers. La première (8 août) sera celtique avec Alan Stivell, Ronan Le Bars group, Red Hot Chilli Pipers et la seconde (le 9) musiques du monde (Johnny Clegg, La Yegros, Boulevard des airs). Et pour ceux qui s'interrogeraient sur les Red Hot Chilli Pipers, sachez que ceux que Buguélès s'apprête à accueillir sont écossais (et non californiens) et ne manquent pas d'air. La preuve en images :

Voir la vidéo

Spectacle

On ne sait pas comment les organisateurs y arrivent. Toujours est-il que l'on peut y voir des groupes excellents, dans un cadre très agréable, dans une ambiance de feu et sans débourser un sou... Si si, c'est vrai et ça se passe les 1er, 2 et 3 août prochains à Binic. Seules les consommations dont il ne faudra pas abuser, sont payantes. Petite mise en jambes en images :

Voir la vidéo

Musique

On ne sait pas comment les organisateurs y arrivent. Toujours est-il que l'on peut y voir des groupes excellents, dans un cadre très agréable, dans une ambiance de feu et sans débourser un sou... Si si, c'est vrai et ça se passe les 1er, 2 et 3 août prochains à Binic. Seules les consommations dont il ne faudra pas abuser, sont payantes. Petite mise en jambes en images :

Voir la vidéo

Musique

- DR

Organisée sur le site Tadeshi Kawamata, la 5e édition du festival Thelokalizé aura lieu les 29 et 30 août. On pourra notamment s'éclater avec les Canadiens de MV (Misteur Valaire).

Voir la vidéo

 

Découvrez la photo mystère de ce numéro

 

Chaque mois, nous vous proposons de jouer à deviner ce qui se cache derrière la photo mystère. Avec pour seul indice un fragment d'un cliché, parfois quelques mots, un lieu, un événement voire une personnalité seront à découvrir. Pour participer, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous et de renseigner le court formulaire. Bonne chance, des lots très divers récompenseront chaque mois (au moins) 5 gagnants.

Participer

Retrouvez le septième numéro de 2.2 e-magazine dès le 15 septembre

Comme pour un magazine papier, nous vous proposons de vous abonner à 2point2 e-magazine. Vous recevrez ainsi en avant-première chaque nouvelle parution du e-magazine et aurez accès à des jeux réservés aux abonnés : entrées pour des manifestations (Art Rock, Bobital, Fête des remparts, Foire expo, etc.), compétitions sportives (Ligue 1, basket, volley, etc.) et de nombreux lots (livres, disques, vêtements, clé usb).

S'abonner au 2.2 E-magazine